Les musées

Le Centre National d'Art Sacré est à l'origine d'une des polémiques concernant la cathédrale. En effet, de par la Loi, l'État ne pouvait financer la construction de la cathédrale. C'est donc au travers de ce lieu "laïc" à vocation multicultuelle que des subventions ont pu être apportées. En fait, le centre est bien une entité à part, juridiquement distincte, même s'il est physiquement hébergé dans la cathédrale (avec laquelle il est en copropriété). Le souhait de Monseigneur Herbulot était de faire de ce lieu un centre d'études et de documentation privilégié de l'art sacré des religions du Livre.

On s'y rend depuis la place des Droits de l'Homme et du Citoyen ou le Square Jean-Paul II par une porte donnant sur le "pont" qui surplombe le portail de cérémonie. Le Centre est "logé" à l'intérieur de la volute de briques qui surplombe le chœur. Réparti sur cinq niveaux (six en comptant la mezzanine du niveau supérieur), les salles sont reliées par un escalier hélicoïdal logé dans l'excroissance de la façade nord.

Le Centre d'Art Sacré


Le Centre d'Art Sacré proprement dit est la propriétés de l'Agence Nationale pour les Arts Sacrés.Il occupe les étages situés au dessus du musée et propose périodiquement des concerts ou des expositions temporaires (voir la rubrique actualité).

Le musée Paul Delouvrier


Le musée est installé dans les quatre premiers étages du Centre. Il a pris le nom de Paul Delouvrier, Délégué général au District de la Région de Paris de 1961 à 1969, un des "pères" de la ville nouvelle décédé en 1995.

Le premier étage auquel accède le visiteur est consacré à la présentation d'objets d'art africains.

Le second étage est consacré à des œuvres non figuratives généralement offertes au musée par leurs auteurs. Ce sont essentiellement des tableaux modernes, comme ceux de Louis Cane ou Kim En Joong qui ont également participé à la décoration de la cathédrale.

Enfin, le dernier étage du musée expose les surprenantes "boîtes à rêves" de la donation Schlumberger. Ce sont de petites scènes de la fin du 19ème siècle se présentant comme des maisons de poupées qui reconstituent avec une extrême minutie des intérieurs d’églises. Sur ce même étage sont présentés divers objets liturgiques provenant presque essentiellement du diocèse ainsi que des meubles et tableaux anciens.

Enfin, il est généralement possible d'accéder à la crypte de la cathédrale dans laquelle sont exposées deux œuvres monumentales de Victor Vasarely. Peintes en 1980 avec l'aide de son fils, ces deux toiles, "le Christ" et "Saint Pierre", ont été conçues comme un dyptique : le Christ y apparaît comme le rassembleur de l'humanité, le Donneur de vie répondant ainsi à l'aspiration de Saint Pierre.

Heures d'ouverture : vendredi, samedi et dimanche de 14 h à 18 h.
Tarifs : 5 € (plein tarif), 3 € (tarif réduit), gratuit pour les enfants de moins de 12 ans, tarifs spéciaux pour les groupes d’adultes et scolaires.
Téléphone : 01.60.75.02.71

Actualité Pratique Histoire Extérieur Intérieur Visite