l'allocution de Jean-Paul II

Allocution prononcée à la cathédrale d'Évry le 22 août 1997 (les passages en italique ont été ajoutés par le Saint Père par rapport au texte officiel).

<a href="../sons/pape.mp3">&Eacute;couter l'allocution</a>

Chers Frères dans l'Épiscopat, Chers Frères et Sœurs,

Au nom du Seigneur ressuscité, je vous salue cordialement. Merci au Pasteur de ce diocèse de m'accueillir avec vous tous dans cette cathédrale de la Résurrection, cathédrale moderne, il est facile de le constater. Et après Notre Dame ce matin, on voit que les siècles et les styles se superposent. Je suis heureux de saluer particulièrement les représentants des autres communautés chrétiennes et des autres traditions religieuses qui ont bien voulu se joindre aux catholiques de l'Essonne en ce jour (en cet après-midi). Je sais gré aux personnalités civiles de la ville et du département de prendre part à cette cérémonie.

Frères et Sœurs, vous avez élevé cet édifice audacieux ; vous avez réalisé un admirable espace pour le rassemblement liturgique de l'Église diocésaine. J'en rends grâce au Seigneur et je partage votre reconnaissance envers vos pasteurs, envers l'architecte, les bâtisseurs et les donateurs qui se sont unis pour dresser un tel signe au cœur de la Ville nouvelle d'Évry, la maison de Dieu et la maison des hommes. C'est un grand geste d'espérance, un témoignage de vitalité d'une communauté qui a justement voulu s'exprimer dans le langage de ce temps, à l'approche du nouveau millénaire.

Successeur de Pierre, je viens vous confirmer dans la foi, en communion avec l'Église universelle, comme en témoignent vos liens avec le diocèse de Munich (München) sous l'égide de saint Corbinien. Chaque Église particulière prend sa part de la mission confiée par le Christ à tous ses disciples, chacun selon sa vocation et son état de vie. Et là je voudrais exprimer mes encouragements amicaux aux prêtres, aux diacres, aux religieux et aux religieuses, aux responsables laïcs qui, de diverses manières, œuvrent au service de la communauté diocésaine.

Vous serez les vrais bâtisseurs de l'Église, temple spirituel, si vous portez la Bonne Nouvelle à toutes les nations, si vous entrez en dialogue avec vos frères de différentes origines et de différentes cultures, si vous accueillez les blessés de la vie, les pauvres, les malades, les personnes handicapées, les prisonniers. Tous sont appelés à être des pierres vivantes de l'édifice dont le Christ est la pierre angulaire. Et ces représentants des différentes races, on les voit en parcourant la cité. On voit des africains, des asiatiques, un peu de tout le monde de partout. Un bon accompagnement de la Journée Mondiale de la Jeunesse. Là, ils sont aussi de toutes les races, de toutes les nations, de toutes les langues, mais ils parlent la même langue, grâce à Dieu.

Frères et Sœurs, vous rendrez vivante cette cathédrale, de même que toutes les églises de ce diocèse, si vous vous y rassemblez pour y reconnaître avant tout la présence du Christ ressuscité : il est présent dans l'Eucharistie et tous les sacrements, présent par sa Parole, présent dans la communauté assemblée.

À Lui, le Vivant, Celui qui est, qui était et qui vient, je confie votre Église diocésaine. Qu'il vous donne la force de la foi et la générosité de la charité. Qu'il vous permette d'éveiller les enfants à la foi. Qu'il suscite parmi vous les vocations au sacerdoce ministériel et à la vie consacrée, indispensables à la vie de la communauté. Et je dois dire que je prie pour cela chaque matin, pour les vocations.

Pour chacun des fidèles du diocèse, pour tous les habitants de l'Essonne, pour l'avenir de ce diocèse j'invoque l'intercession maternelle de la Vierge Marie et des saints de votre terre, saints qui sont nombreux.

Loué soit Jésus Christ ! Depuis aujourd'hui, nous avons un nouveau bienheureux : Frédéric Ozanam.