les événements

l'ouverture

Quelques années seulement ont suffi pour que la cathédrale passe du projet à la réalité ! Début 1995 les travaux se terminaient et Monseigneur Herbulot insistait pour qu'ils soient achevés pour Pâques. Il souhaitait en effet que, symboliquement, la cathédrale de la Résurrection soit ouverte à cette date.

Effectivement, le Mardi Saint 11 avril 1995, l'évêque célébrait la messe chrismale dans la cathédrale. Le jour de Pâques 16 avril, avait lieu la première messe dominicale, présidée par le Père Bobière que l'évêque avait chargé du suivi des travaux. Édouard Balladur, Premier Ministre alors en campagne pour l'élection présidentielle, s'était "invité" à la cérémonie. Certains aménagement, concernant en particulier la sécurité, devant être achevés, la cathédrale était à nouveau fermée pendant un mois pour être mise à la disposition du diocèse et de la paroisse d'Évry dans le courant de mai.

 

le timbre-poste

Le samedi 9 décembre 1995, l'Administration de La Poste procédait à l'émission d'un timbre consacré à la cathédrale, la vente Premier Jour ayant lieu dans les locaux du futur Centre National d'Art Sacré. Original, surprenant et à vrai dire assez peu "lisible", il donne une mauvaise idée (voire pas d'idée du tout !) de l'édifice. Tiré à sept millions d'exemplaires, sa valeur d'affranchissement était de 2,80 F (tarif d'une lettre à l'époque). Gravé par André Lavergne, il représente une esquisse de Mario Botta superposée au plan de la cathédrale. Des enveloppes préaffranchies avec le timbre, illustrées d'une vue de la cathédrale, sont toujours en vente dans les bureaux de poste de l'Essonne.

 

la Fête Cathédrale

Le dimanche 7 avril 1996, jour de Pâques, un grand rassemblement diocésain, appelé Fête Cathédrale, était organisé autour de l'édifice. Des cérémonies, des stands et des animations célébraient le premier anniversaire de l'ouverture. C'était aussi le début d'un mois de manifestations et de concerts destinés à remercier les donateurs et partenaires qui avaient contribué d'une manière ou d'une autre à la construction.

Peuple de Dieu qui vis en Essonne, réjouis-toi ! En ce jour de Pâques, c'est toi-même que tu fêtes en célébrant la Fête-Cathédrale. Car Dieu a fait de toi sa demeure en ce département de l'Essonne. Et cette Cathédrale, édifiée au centre de la Ville-Nouvelle d'Évry, te rappelle le temple vivant que tu es toi-même et qui se construit dans le département depuis la création de ce diocèse. Que dansent et chantent les pierres vivantes que nous sommes ! ( Guy Herbulot, évêque d'Évry).

 

la dédicace

Dès la construction, une invitation avait été transmise au pape pour qu'il vienne procéder à la dédicace (ou consécration) de la cathédrale. L'état de santé du Souverain Pontife laissait planer un doute sur ses possibilités de participer à une telle cérémonie lors de sa venue à Paris prévue à l'occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse en août 1997. C'est pourquoi le jeudi 8 mai 1997, jour de l'Ascension, Monseigneur Herbulot procédait à cette cérémonie en présence de Monseigneur Siebler, évêque auxiliaire de Munich-Freising, ainsi que de nombreux prêtres du diocèse.

Les deux évêques procédèrent à la bénédiction de l'eau puis de l'assemblée, de l'autel et de l'ambon. Les douze croix de consécration, situées dans le fond de la cathédrale, reçurent l'onction du saint chrême. Signe de Lumière, Monseigneur Herbulot allumait sur l'autel cinq amas d'encens tandis que la cathédrale s'éclairait. La longue cérémonie se terminait par la bénédiction de la chapelle de Jour.

 

la visite du pape

Qualifiée de "visite pastorale" (et non de visite officielle), le pape Jean-Paul II est venu participer à une cérémonie (appelée "messe de bénédiction" par certains médias !) le vendredi 22 août 1997 en fin d'après-midi. A dix-huit heures, la "papamobile" s'arrêtait devant l'entrée d'honneur tandis que les cloches sonnaient à la volée.

Le pape, arrivé avec l'évêque, était accueilli par le Maire d'Évry, le vice-Président du Conseil Général et les Vicaires Généraux. A son entrée, il était longuement applaudi par l'assistance composée de personnalités (dont l'architecte, Mario Botta), de paroissiens d'Évry, de prêtres et d'invités du diocèse.

Très ému, Monseigneur Herbulot exprimait sa joie de l'accueillir, puis un diacre lisait le récit de la Résurrection. Jean-Paul II, visiblement fatigué, se rendait alors à l'ambon pour répondre à l'accueil de l'évêque et exprimait avec humour sa satisfaction d'être à Évry dans cette cathédrale moderne, Maison de Dieu - maison des hommes comme allait le chanter "l'hymne" de la cathédrale.

Cliquez sur la photo que vous voulez agrandir

 

l'occupation par les Sans-Papiers

Le samedi 7 mars 1998 une cinquantaine de Sans-Papiers d'origine africaine décidait d'occuper pacifiquement la cathédrale, le diocèse pour sa part employant le mot "présence". Deux ans après l'expulsion musclée de l'église Saint Bernard à Paris, l'événement attirait tous les médias.

Dans un contexte sensiblement différent (groupe uniquement constitué d'hommes, bâtiment "privé" puisque propriété du diocèse), les responsables diocésains géraient avec doigté et humanité une situation à la fois envisagée et redoutée. Les Sans-Papiers s'installaient dans les locaux du centre pastoral qu'ils maintenaient dans un parfait état de propreté. L'occupation symbolique de la cathédrale elle-même se limitait à des panneaux et banderoles et à la présence de quelques hommes assis dans le fond pendant la journée. À aucun moment les cérémonies n'ont été troublées et un mariage, prévu le jour même de leur arrivée, s'est déroulé dans la fête, les mariés se faisant photographier avec les immigrant.

Après des négociations avec les autorités préfectorales appuyées par des organisations diocésaines (Pastorale des Migrants, Secours Catholique…), les Sans-Papiers quittaient la cathédrale le 11 juin après avoir remercié l'évêque et les paroissiens d'Évry de leur accueil.


l'installation de Monseigneur Dubost

Le vendredi 12 mai 2000 avait lieu, dans la cathédrale, l'installation de Monseigneur Michel Dubost comme nouvel évêque d'Évry Corbeil-Essonnes. Ancien "évêque aux Armées Françaises" ("Ordinaire Militaire" selon la terminologie vaticane), il remplaçait Monseigneur Herbulot qui allait bénéficier d'une retraite méritée. À cette célébration participaient les évêques d'Île de France parmi lesquels le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, et Monseigneur Malbois, premier évêque de Corbeil-Essonnes. Dans le chœur avaient pris place le Nonce apostolique, ainsi que des représentants de la Conférence des Évêques de France et de nombreux prêtres. Parmi l'assistance, où l'on remarquait de nombreux uniformes, se trouvaient des représentants des Églises chrétiennes ainsi que des autres religions.

Au début de la célébration, Monseigneur Dubost était accueilli par son prédécesseur, Monseigneur Herbulot. Le Père Bobière, Vicaire Général, lisait le décret de nomination. Après avoir regardé sur l'écran géant une présentation de son nouveau diocèse, l'évêque prenait pour la première fois place à la cathèdre.


le dixième anniversaire de la cathédrale

Le dimanche 10 septembre 2006 le diocèse d'Évry célébrait à la fois la fête de Saint Corbinien, le quarantième anniversaire de sa création et le dixième anniversaire de la cathédrale.

Le samedi soir une veillée festive avait réuni les représentants des divers secteurs pastoraux. À la messe dominicale Monseigneur Dubost, évêque d'Évry, était entouré de Monseigneur Malbois, premier évêque du diocèse de Corbeil-Essonnes, de Monseigneur Herbulot, son prédécesseur, et de Monseigneur Ouédraogo, évêque de Fada N'Gourma (Burkina Fasso). La célébration était présidée par le cardinal Vanhoye. Dans le chœur avaient pris place de nombreux prêtres et diacres du diocèse ainsi que le Right Reverend Christopher Hill, évêque du diocèse anglican de Guildford dans la banlieue de Londres jumelé avec Évry.

Au début de la célébration, Monseigneur Dubost accueillait les personnalités civiles parmi lesquelles le Député-Maire d'Évry, le Préfet de l'Essonne, le Président du Conseil Général, Madame Botta, épouse de l'architecte, ainsi que plusieurs responsables de la construction de la cathédrale. Monseigneur Malbois rappelait ensuite les débuts du diocèse auxquels il avait présidé, le cardinal Vanhoye prononçait l'homélie. A la fin de la messe, avant le chant Maison de Dieu - maison des hommes, le Père Bobière, Vicaire Général, remerciait les évêques au nom des prêtres et diacres du diocèse.