la ville nouvelle

Parallèlement à l'installation de la préfecture, était décidé d'établir à Évry (qui par la même occasion perdait son qualificatif de "Petit-Bourg") une des cinq villes nouvelles de la région parisienne (avec Cergy-Pontoise, Marne-la-Vallée, Saint-Quentin-en-Yvelines et Melun-Sénart). Le rôle de ces "villes à la campagne" était de réduire la population toujours croissante de la "petite couronne" parisienne due à la poussée démographique issue du "baby-boum" de l'après guerre.

C'est dans la plaine située de part et d'autre de la Nationale 7 qu'était édifiée une ville destinée à héberger et faire vivre plusieurs milliers d'habitants, l'agglomération incluant les villages de Lisses, Bondoufle et Courcouronnes. Afin de faciliter les transports vers Paris, une nouvelle voie ferrée doublait sur le plateau l'ancienne ligne du bord de Seine avec deux nouvelles gares sur la commune : le Bras de Fer et Évry - Courcouronnes (la gare du village, après avoir longtemps conservé le nom de Gare d'Évry, porte à présent celui d'Évry - Val de Seine). Cette nouvelle ligne, tronçon du RER "D" inaugurée en 1975, est couramment appelée par les Évryens "ligne du haut". Parallèlement des routes étaient tracées à travers champs pour desservir les deux grands chantiers qu'étaient la préfecture et le centre commercial.

La nouvelle ville devait être attirante, c'est pourquoi de nombreux espaces verts étaient conservés ou aménagés (parcs des Coquibus et des Loges). Les terrassements du célèbre "trou des Halles", qui avait fait couler beaucoup d'encre à Paris, avaient permis de créer dans le parc Henri Fabre une promenade vallonnée à proximité de la préfecture. Symboliquement les "Trois Pouvoirs" (Préfecture, Palais de Justice et Conseil Général) occupent trois des quatre côtés d'une pièce d'eau. Non loin de là, sous le vocable d'Agora était édifié un complexe commercial et culturel comprenant des dizaines de magasins (dont deux grandes surfaces : Euromarché et les Nouvelles Galeries), des salles de spectacle (les Arènes et l'Hexagone), des cinémas ainsi qu'une piscine et une patinoire.

Rapidement (trop peut-être) étaient construits des logements se voulant à la fois fonctionnels, esthétiques et novateurs comme les Pyramides avec circulation des autobus en "site propre" et voies piétonnes. Mais ce n'est que plusieurs années plus tard que commençait à voir le jour un véritable centre ville. Un vaste espace allait devenir la Place des Droits de l'Homme et du Citoyen avec l'édification d'un nouvel Hôtel de Ville conçu par l'architecte Jacques Lévy pour se substituer à celui construit dans le village dans les années soixante devenu trop exigu. Le Président de la République François Mitterrand procédait à son inauguration en septembre 1991. Il rejoignait l'université et précédait de quelques année la cathédrale.

Près de cinquante ans après sa conception, la ville nouvelle commence à trouver "son âme" malgré quelques sursauts médiatisés d'une population jeune et passablement turbulente. Le centre commercial "Évry 2" s'agrandit et se restructure avec l'arrivée de nouvelles enseignes et d'un complexe cinématographique de dix salles. Inauguré le 21 mai 2003, avec 235 boutiques, il devient le second de France. Un "tram-train" devait initialement relier la ville à sa jumelle de Sénart, finalement c'est en 2018 qu'est prévue la mise en service d'une liaison entre la gare d'Évry-Courcouronnes et celle de Massy-Palaiseau en passant par Épinay.