Bibracte

Si vous êtes amateur d'histoire gallo-romaine, vous trouverez au Mont Beuvray, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Lormes, de quoi satisfaire votre curiosité. C'est en effet là, dans la partie sud du Morvan, que les Eduens édifièrent deux siècles avant notre ère leur capitale : Bibracte.

A 800 m d'altitude, cette petite montagne présente un large sommet pouvant facilement être transformé en ville fortifiée (appelée oppidum par les Romains). Celle-ci, qui avait une étendue de 135 ha, était très peuplée, essentiellement par des artisans. Vercingétorix y fut reconnu chef de la coalition gauloise contre Rome en 52 avant Jésus-Christ. Après sa victoire à Alésia, Jules César séjourna dans la cité. Il y commença la rédaction de son célèbre De Bello Gallico, "la Guerre des Gaules", qui causa, depuis, la défaite de nombreux potaches !

A peine un demi-siècle après la conquête romaine, la ville fut abandonnée au profit d'une nouvelle cité construite dans la plaine, Augustodunum qui deviendra Autun. Bibracte se trouva alors en quelque sorte "fossilisée" et le couvent de Cordeliers qui s'installa sur le Mont Beuvray aux 16ème et 17ème siècles n'entraîna pas de dégradation du site.

Deux historiens autunois, Jacques-Gabriel Bulliot puis son neveu Joseph Déchelette, entreprirent dès 1850 des fouilles sur le Mont à la recherche de la mythique cité de Bibracte dont l'emplacement (comme celui d'Alésia) était alors controversé. Elles aboutirent à la découverte de nombreux vestiges : vases, amphores, outils, pièces de monnaies, mais aussi des constructions : maisons, fours de potiers, fortifications...

Pour mettre en valeur le site et présenter les objets découverts, fut inauguré en 1996 le Musée de la Civilisation Celtique. Surprenant bâtiment moderne en acier et granit, œuvre de l'architecte Pierre-Louis Faloci, il s'intègre cependant parfaitement dans le paysage en sachant se faire discret au flanc de la colline. Regroupés par thèmes, les objets, reconstitutions et maquettes permettent, grâce à des "audio-guides" et des présentations audiovisuelles, de se faire une bonne idée de ce qu'était la civilisation celtique à l'époque d'Astérix.

En sortant du musée, vous ne manquerez évidemment pas de vous rendre sur le Mont. Lorsqu'à la période touristique les voitures n'y sont plus tolérées, un petit autocar vous permet d'atteindre le site en quelques minutes. Au sommet même, votre curiosité sera, sans doute, déçue. En effet, à part la magnifique vue sur la région autunoise, il ne reste rien de la riche cité éduenne. Vous redescendrez de préférence à pied en traversant une magnifique forêt où votre regard sera attiré par les "queules". Ces hêtres curieusement torturés sont les vestiges d'anciennes haies. De part et d'autre de la route, des chantiers de fouilles vous permettront de découvrir ici un four de potier, là un bassin. A la porte du Rebout, une partie des fortifications a été reconstituée afin de montrer aux visiteurs le colossal travail effectué par nos ancêtres pour la protection de leur cité.

Echappées Morvan d'ailes

Au pied du Mont Beuvray et non loin de l'accès au site de Bibracte, un couple passionné de rapaces a ouvert dans le village de La Comelle une fauconnerie. Il y élève et entraîne plusieurs espèces de rapaces : faucons, buses, chouettes, hiboux…

Sur rendez-vous les visiteurs de découvriront l'élevage et le dressage de ces oiseaux avec lesquels l'homme entretien un rapport particulier depuis des millénaires. Pour cela des stages allant de la demi-journée au week-end sont proposés permettant un contact direct avec les oiseaux : randonnées au pied du Mont Beuvray, participation aux soins, entraînement au vol…

Vous trouverez plus de renseignements sur le site Faucon Brionnais

" onMouseOver="status='Ecrivez-moi !'; return true" onMouseOut=status=''; return true">