Le canal du Nivernais

Long de 174 km, le canal du Nivernais relie la Loire à l'Yonne et la Seine en contournant le Morvan par le sud-ouest. Il conduit de Saint Léger-des-Vignes, près de Decize, sur la Loire à Auxerre sur l'Yonne.

Dans sa partie centrale le canal passe à Chitry-les-Mines, terminus de l'ancienne ligne de chemin de fer à voie étroite Corbigny - Saulieu (également appelé "tacot du Morvan") construite au début du vingtième siècle destinée, entre autres, au transport du bois du Morvan. Imaginé au temps du roi Henri IV, c'est dans le courant du 18ème siècle que les travaux furent entrepris afin d'acheminer le bois vers la Seine et Paris. Les études effectuées alors conclurent à la nécessité de réaliser un canal destiné à la navigation atteignant la Loire. De plus le bois sec était vendu plus cher que le bois flotté. Relier deux bassins versants nécessitait d'importants travaux puisqu'il s'agissait de franchir un col situé à 280 m d'altitude. Les premiers coups de pioche furent donnés en 1784, précisément à ce point haut situé à proximité du village de la Collancelle, au sud de Corbigny. Il s'agissait de creuser une série de tunnels afin d'abaisser à 262 m le bief de partage des eaux. L'accès à celui-ci s'effectue par plus de cent écluses dont une remarquable série de seize écluses constitue l'échelle de Sardy. Le bief est alimenté en eau par la Rigole d'Yonne. Pour cela, les eaux de l'Yonne sont captées au niveau du barrage de Pannecière et acheminées par un mini-canal qui franchit la rivière sur la commune de Montreuillon par un spectaculaire aqueduc haut de 33 m. Il fut inauguré en 1843.

Considéré comme un des plus beaux canaux d'Europe, il a permis le développement des régions environnantes grâce au transport non seulement du bois mais également d'autres matériaux comme les pierres des carrières voisines ou divers produits agricoles. Quasiment condamné au milieu du siècle dernier par la chute du trafic des marchandises, il a vu sa fréquentation augmenter dans les années 1960 grâce au développement du tourisme fluvial. Il est en effet possible, en différents points, de louer des bateaux équipés de tout le confort moderne pour le parcourir. Si cinq ou six jours sont nécessaires pour effectuer l'ensemble du trajet, les touristes n'hésitent pas à s'arrêter pour visiter les environs comme Decize, Châtillon en Bazois, Corbigny, Clamecy ou Auxerre. Les sites traversés sont particulièrement agréables mais peuvent également être surprenants. Ainsi, la traversée des "Voûtes de la Collancelle" est particulièrement spectaculaire. Il s'agit de trois tunnels d'une longueur totale de 1238 m reliant les deux bassins. Quant aux écluses (116 pour l'ensemble du canal !), elles nécessitent la participation active des navigateurs car ils doivent eux-mêmes les manœuvrer. C'est également le cas des ponts-levis, comme celui de Dirol, qui doivent être relevés puis abaissés à la main lors de leurs franchissements.

" onMouseOver="status='Ecrivez-moi !'; return true" onMouseOut=status=''; return true">