L'Yonne

Au sud-est de Château-Chinon, au pied du Mont Préneley, à 738 m d'altitude sur la commune de Glux en Glenne, le Conseil Général de la Nièvre a aménagé un très sommaire "sentier de découverte des sources de l'Yonne". C'est en effet dans ce site sauvage que la rivière prend sa source, ou plutôt ses sources. L'eau de pluie reçue sur le mont, absorbée par le sol rocheux, ressort à la surface dans plusieurs tourbières dont les rigoles se rejoignent pour former un petit ruisseau qui, grossi par d'autre ruisseaux, va constituer l'Yonne.

L'Yonne est la principale rivière du Morvan qu'elle traverse du sud-est au nord-ouest. Sa longueur, jusqu'au confluent avec la Seine, est de 292 km. Rivière capricieuse, elle n'est navigable qu'à partir de Clamecy où étaient assemblés il y a un peu plus d'un siècle les trains de bois alimentant Paris en bois de chauffage. Son débit est régulé par le plus grand barrage du Morvan, celui de Pannecière, point de départ de la rigole d'Yonne qui alimente en eau le canal du Nivernais. Son affluent principal est la Seine qu'elle reçoit à Montereau-Fault-Yonne dans le département de Seine et Marne. Fault viendrait, selon certains, de l'ancien français falt indiquant le lieu ou "finit" l'Yonne. En effet, contrairement à une erreur datant des Romains, c'est l'Yonne qui traverse Paris puisqu'au confluent son débit est supérieur à celui de la Seine !

Dans le Morvan même elle reçoit de nombreux affluents tels que l'Armançon, la Cure, l'Anguison qui arrose Corbigny ou l'Auxois qui prend sa source à Lormes. Elle quitte le Morvan par le département de l'Yonne dont les habitants ne sont pas les "Yonnais", comme on pourrait s'y attendre, mais les Icaunais (formé à partir d'Icauna, nom latin de la rivière). Les principales villes qu'elle traverse sont : dans la Nièvre Château-Chinon, Corbigny et Clamecy ; dans l'Yonne Auxerre et Sens ; en Seine et Marne Montereau-Fault-Yonne.


" onMouseOver="status='Ecrivez-moi !'; return true" onMouseOut=status=''; return true">